Nous utilisons des cookies propres et de tiers pour améliorer tous nos services disponibles sur notre site web. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre Politica sui cookie.   Accepter

“Chez GAMBÍN, nous avons conçus une recette homologuée afin d’offrir le meilleur produit au moment exact”

en gambin hemos conseguido una receta muy consolidada para ofrecer el mejor producto en el momento exacto

Voici l'histoire d'un garçon qui a grandi dans le climat froid de Bârlad, une ville située à l'extrême est de la Roumanie, à quelques kilomètres de la frontière avec la Moldavie et l'Ukraine, dans les proximités immédiates de la mer Noire. Un jour, lors d'une visite au jardin botanique avec l'école, il tomba amoureux d'un arbre. Sa beauté et son parfum captivants le hantent aussitôt, tout comme ses fruits ronds et étonnants. Il avait dix ans et venait de voir un oranger pour la première fois, quelque chose d'exotique. À ce moment-là, il ne savait pas qu'il finirait par consacrer sa vie à comprendre la croissance des agrumes. Il les cultive aujourd’hui au mieux pour rendre des milliers de gens heureux en leur offrant les meilleurs arômes, couleurs et parfums de mandarines, d'oranges et de citrons.

Eduard Philipi Murgeanu arrive finalement en Espagne vers 2000, à l’âge de 23 ans. Il commença à gagner sa vie dans des secteurs très différents, notamment l’hôtellerie. Mais il avait gardé en lui la passion de cette révélation vécue pendant son enfance : celle du champ et de l'agriculture. À 30 ans, il se lance dans un projet qui changera définitivement sa vie : ses études d'ingénieur agricole à l'École polytechnique d'Orihuela. Là, il apprend la théorie, et quelques mois plus tard, il commence à vraiment pratiquer l’agriculture chez GAMBÍN. 19 ans se sont écoulés depuis lors et le monde des agrumes n'a presque plus de secrets pour lui.

- « Quelle est votre responsabilité actuelle chez GAMBÍN ? »

« Je suis responsable de la coordination de l'équipe de production afin que le travail soit effectué correctement, conformément aux directives du plan de travail, en l'exécutant dans les détails, comme prévu. Parmi mes tâches se trouvent celles de résoudre les problèmes, de dégager les doutes et de donner un coup de main aux groupes de travail dès je vois qu'ils en ont besoin. Nous sommes attentifs et très attachés à un travail bien fait. En prenant soin des détails, en prévenant les possibles difficultés, nous solutionnons au fur et à mesure de ce qui se présente. De cette façon, nous garantissons que le produit arrive au client dans la meilleure des conditions et cela nous permet de répondre efficacement à leurs besoins. »

- « Comment a évolué votre travail au cours des deux dernières décennies au sein de l’entreprise ? »

« Les doutes, les preuves journalières, les tests, les essais et les erreurs ont été résolus pendant de nombreuses années grâce à la collaboration croissante entre les différents départements. Nous essayons constamment de trouver les processus les plus efficaces. Je mentirais si je dis que c'est un travail facile. Dans le passé, nous avons traversé des périodes intenses pour arriver à affiner notre systématique actuelle de travail, tout cela afin d’obtenir de bons résultats en termes de qualité et de timing. Cela nous a coûté un temps et un effort soutenus, mais, à la fin, nous l’avons bien compris. Nous savons maintenant tout sur le produit et le système de travail, la vie utile des agrumes, ses conditions adéquates, les quantités nécessaires, etc. Nous nous comparons souvent aux cuisiniers qui, avec leur recette déjà très consolidée en main, cherchent à tout moment d’assaisonner leur plat étoile, en répondant constamment aux demandes de changer le plat dès qu’il y a un ingrédient qui manque. On se débrouille pour le trouver, ou on se force pour trouver une autre façon de faire, et en surprenant parfois avec un résultat supérieur. »

- « Il semble que cela vient de bien loin ? »

« Il y a eu quelques années au cours desquelles nous avons dû apprendre et discuter les uns avec les autres parce que chacun avait son concept, sa manière de voir les choses Aujourd'hui, nous avons un concept en commun. Nous savons ce que nous devons faire et comment à tout moment ! Nous avons une idée conjointe, un contrôle et une mesure stricts de tous les facteurs qui conditionnent le produit final et le service. » 

- « Selon vous, quelles sont les clés du succès du travail sur la station ? »

« Dans la station de production, nous prenons soin de nous-mêmes, nous nous défendons et nous nous rappelons sans cesse ce que nous avons fait par le passé et ce qui a été couronné de succès. La clé est la communication. Patience pour s’expliquer, pour partager des points de vue et pour les faire comprendre. Aujourd'hui, il y a tellement de connaissances, d'expérience et de variables accumulées dans le savoir-faire de GAMBÍN qu'une seule personne ne pourrait pas s'en occuper. Il y a tellement de détails, tellement de richesses que sans une équipe, il serait impossible d'en tirer le meilleur parti. »

- « Dans quelle mesure importe le travail effectué sur le terrain et à la station sur le produit final ? »

« J'ai toujours soutenu qu'une ferme agricole est un grand jardin. Aussi vaste qu’il puisse être, un champ doit être entretenu comme un jardin. Tout doit être fait avec délicatesse et soin, comme à la maison. J’admire tous les agronomes qui s'occupent de leurs fermes. Ils regardent comment grandit une feuille, pourquoi elle le fait et comment. Il faut être très attentifs et il faut apprendre, car en agriculture, il ne s'agit pas de contrôler la nature, mais de la connaître. »

- « Pendant ces dernières années, quelle a été l'évolution de la relation entre le champ et les entrepôts à GAMBÍN ?

« Ça a beaucoup changé ! La tendance générale, dans tout le secteur, est de raccourcir les distances et de se comprendre davantage, grâce à un travail en commun. Sur ce point, toute l'attention possible a été accordé chez GAMBÍN. Nous avons vraiment appris à travailler en équipe. Il y a quelques années, si quelque chose ratait, à la station on disait : "c’est sûrement la faute de l’agriculteur", et l’agriculteur affirmait : "ils n’ont rien compris à la station." Le taux de communication est maintenant au 100% entre les deux. »

- « Comment avez-vous planifié cette campagne 2019/2020, du point de vue du travail en station ? »

« Aucune campagne est identique à l'autre. Mais nous savons qu’il s'agit d'une campagne avec beaucoup de qualité de fruits tant en mandarine, en citrons, comme en oranges. De plus, le secteur aura tout beaucoup plus contrôlé car il n'y a pas de surplus comme l'an dernier, donc la qualité globale sera très bonne. »

- « À la fin, quelles sont les valeurs que vous partagez avec GAMBÍN et comment voyez-vous votre rôle dans la compagnie d’ici quelques années ? »

« Il y a beaucoup de valeurs, mais je suis convaincu que ce sont surtout l’attention et l'écoute continue de la compagnie envers ses professionnels qui sont importants. Ce sont des traits irréfutables des propriétaires de GAMBIN, c’est ce qu’ils savent faire le plus, et c’est ce qu’ils transmettent aux gérants et aux responsables de la compagnie. C’est aussi ce qui m'a impressionné le plus dès le début : la façon d’écouter, de vous prendre au sérieux lorsque quelqu’un expose son point de vue, et c’est ce que j'essaie moi aussi de faire avec mes collègues. Je dois également accentuer l’importance avec laquelle est abordée la recherche continue de la qualité et des choses bien faites au sein de la compagnie. Un sondage constant qui demande de ténacité, d’un effort continu et d’un désir d'améliorer inlassablement. Et moi ? Moi, je suis toujours prêt ! C'est ce que j'aime le plus. Je suis décidé toute la journée à aider là où ils ont besoin de moi. »

Voulez-vous faire partie de l'équipe GAMBÍN ? Visitez notre section emploi ! https://www.jgambin.com/empleo